principe 80 20Le principe de 80 / 20 est intéressant car il est contre-intuitif : il énonce de fait qu’il existe un déséquilibre intrinsèque entre causes et résultats. Quelle que soit l’ampleur du déséquilibre, il est dans tous les cas probable qu’il soit supérieur à nos estimations.

Le principe de 80/20 part ainsi du constat que l’univers est déséquilibré, non linéaire, et que les causes et effets sont rarement liés de manière égale.

Une grande partie de ce qui se produit est sans importance et peut être oublié mais il existe toujours quelques forces dont l’influence est disproportionnée par rapport à leur nombre. Ce sont ces forces qu’il faut repérer et surveiller. S’il s’agit de forces non souhaitables, il nous faut songer à la manière de les neutraliser.

Le principe de 80 / 20 nous offre ainsi un test de non-linéarité applicable à tout système : il suffit de se demander à tout moment quels sont les  20% des causes qui entrainent 80% des résultats.

Les grandes idées que vous pourrez retrouver :



Résumé et chronique du livre :

Les principales lignes que vous trouverez ici sont en partie extraites du livre traduit en français.

Présentation du principe de 80 / 20 :

Le principe de 80 / 20 est intéressant car il est contre-intuitif : il énonce de fait qu’il existe un déséquilibre intrinsèque entre causes et résultats ! Quelle que soit l’ampleur du déséquilibre, il est dans tous les cas probable qu’il soit supérieur à nos estimations.

Pourquoi donc s’intéresser à ce principe de 80 / 20 ?

Que nous nous en rendions compte ou non, ce principe s’applique à toutes nos activités sociales et à notre milieu de travail. Le principe de 80/20 ou principe du déséquilibre est d’ailleurs proche d’une autre théorie d’autorégulation qu’est la théorie du chaos : ces deux théories posent comme fondamentaux que l’univers est déséquilibré, non linéaire, et que les causes et effets sont rarement liés de manière égale.

Ces théories se reposent ainsi énormément sur le concept de non-linéarité  : une grande partie de ce qui se produit est sans importance et peut être oublié mais il existe toujours quelques forces dont l’influence est disproportionnée par rapport à leur nombre. Ce sont ces forces qu’il faut repérer et surveiller. S’il s’agit de forces non souhaitables, il nous faut songer à la manière de les neutraliser.

Le principe de 80 / 20 nous offre un ainsi test empirique de non-linéarité applicable à tout système,  il suffit de se demander au quotidien quels sont les 20% qui mènent aux 80% ?

Le principe de 80 / 20 appliqué à la stratégie d’entreprise :

Dans son application au monde des affaires, le grand objectif du principe 80 / 20 est de produire le plus de revenus possible avec le moins d’actifs et d’efforts possible.

Les économistes classiques du XIXe siècle et du début du XXe siècle ont mis au point une théorie de l’équilibre économique et de l’entreprise qui domine encore la pensée actuelle. Selon cette théorie, dans une situation de concurrence parfaite, les entreprises ne réalisent pas de profits considérables, la rentabilité étant nulle ou égale au coût « normal » du capital, ce dernier correspondant généralement à un taux d’intérêt modeste.

Le défaut de cette théorie est quelle est rarement applicable à quelque activité économique réelle que ce soit.

Contrairement à la théorie de la concurrence parfaite, le principe 80 / 20 appliqué au monde de l’entreprise pose les fondamentaux suivants :

  • Les entreprises prospères exercent leurs activités dans des marchés où il leur est possible de réaliser les revenus les plus élevés pour le moindre effort
  • Il est toujours possible d’augmenter le surplus économique, en ne concentrant son attention que sur les segments de marché et de clientèle les plus rentable
  • Il est possible pour toute entreprise d’accroître l’ampleur des surplus en réduisant le déséquilibre des extrants et récompenses au sein de l’entreprise : cela se fait en identifiant les éléments de l’entreprise (employés, usines, bureaux de vente, unités de frais généraux, pays) qui rapportent les plus gros surplus et en les consolidant (en leur accordant plus de pouvoir et de ressources). Inversement, on repérera les ressources génératrices de surplus faibles ou négatifs, on tentera de provoquer des améliorations spectaculaires.

Le principe de 80 / 20 appliqué à la qualité :

La révolution qualité totale ayant eu lieu entre 1950 et 1990 a véritablement transformé l’approche qualité au sein des entreprises ainsi que la valeur des biens de consommation. Cette révolution qualité totale fut menée en vue de fabriquer à faible coût des produits d’une qualité toujours plus grande, en appliquant des techniques statistiques et comportementales.

Dans le cadre des contrôles statistiques, il s’agit alors d’identifier les défauts causant une perte de qualité et de les ordonner à partir du plus important. Objectif : détecter les 20% de défauts causant 80% des problèmes de qualité.

Une fois ces  quelques causes essentielles de non-qualité identifiées, l’effort se concentre sur leur résolution, plutôt que sur la résolution simultanée de tous les problèmes susceptibles d’exister.

Le principe de 80 / 20 appliqué à la réduction des coûts :

Toutes les techniques de réduction des coûts se fondent sur trois intuitions de type 80/20 : simplification par l’élimination des activités non rentables, concentration sur les quelques moteurs clés de l’amélioration, comparaison de la performance.

  • Voici donc quelques règles de réduction de coûts et d’amélioration de service :
  • Soyez sélectif : n’accordez pas à toute chose un effort égal. La réduction des coûts est une démarche coûteuse ! Repérez parmi vos activités celles (sûrement 20% de l’ensemble) pour lesquelles le potentiel de réduction des coûts est le plus élevé. Concentrez-y 80% de vos efforts !
  • Comparez la performance : selon le principe 80/20, il y aura toujours quelques domaines très productifs et de nombreux domaines faiblement productifs. Toutes les techniques efficaces de réduction de coûts des trois dernières décennies ont été fondées sur cette intuition pour la comparaison de la performance.

Le principe de 80 / 20 appliqué au marketing :

Le principe 80 / 20 est essentiel si l’on veut faire le bon type de vente et de marketing et pour tenir compte de ces fonctions dans la stratégie globale de l’entreprise, notamment dans le processus complet de production et de livraison des biens ou de prestation des services.

Les marchés et les clients sur lesquels toute entreprise devrait se concentrer doivent être les bons. Voici les 3 règles de principes 80 / 20 applicables :

  • Le service marketing et l’entreprise tout entière doivent concentrer leurs efforts en vue de fournir un produit / service extraordinaire dans le cas des 20% de la gamme de produits actuelle qui rapportent 80% des profits par rapport au coût de revient complet.
  • Le service marketing et l’entreprise tout entière doivent consacrer une attention exceptionnelle et constante aux 20% des clients qui rapportent 80% des ventes ou des profits, afin de conserver ces clients et d’accroître leurs achats.
  • Il n’y a pas de conflit réel entre production et marketing. Votre marketing ne réussira que si ce que vous mettez en marché est différent et, pour vos clients cibles, soit impossible à acheter ailleurs, soit offert par vous dans une combinaison produit / service / prix représentant une bien meilleure valeur que ce qu’ils peuvent obtenir ailleurs. Il est peu probable que ces conditions s’appliqueront à plus de 20% de votre gamme de produits actuelle, et il est probable que vous tirerez de ces 20% plus de 80% de vos vrais profits.

Et si ces conditions ne s’appliquent à aucune de vos gammes de produits, votre seul espoir est d’innover !

Le principe de 80 / 20 appliqué à la vente :

La vente est la cousine du marketing, c’est l’activité de première ligne destinée à transmettre des informations aux clients et, ce qui est tout aussi essentiel, à les écouter.
Le secret d’une performance supérieure dans la vente consiste à cesser de penser aux moyennes et à adopter la pensée 80/20. La moyennes des ventes est un concept trompeur. Certains vendeurs gagnent énormément tandis que d’autres très peu. La moyenne des ventes ne signifie rien pour ces gens, ni pour leurs employeurs.

A travers n’importe quelle analyse, on pourra constater un fort déséquilibre dans la relation ventes / vendeurs.La plupart des études concluent que 20% des vendeurs supérieurs sont à l’origine de 80% du total des ventes. Voici les 2 règles de principes 80 / 20 applicables :

  • Concentration sur les vendeurs : concentrez vos efforts sur les 20% de vos vendeurs produisant 80% de vos ventes (retenez vos vendeurs performants et embauchez de vendeurs du même type, repérer les périodes où vos vendeurs étoiles ont conclu le plus de ventes et déterminez ce qu’ils ont fait de différent durant ces périodes, enfin faites en sorte par ailleurs que chacun adopte leurs méthodes).
  • Concentration sur les produits : concentrez les efforts de tous les membres de l’équipe de vente sur les 20% de produits qui entraînent 80% des ventes.
  • Concentration sur  les client : concentrer les efforts de tous les membres de l’équipe de vente sur les 20% de clients qui entraînent 80% des ventes.

Le principe de 80 / 20 appliqué au aux technologie de l’information :

La révolution de l’information, amorcée dans les années 1960, a déjà transformée les habitudes de travail et changé l’efficacité de larges pans de l’industrie. Elle vient tout juste de commencer à faire plus encore : elle contribue à changer la nature même des organisations qui sont aujourd’hui les forces dominantes de la société.

Le principe 80/20 a été et sera l’accessoire clé de la révolution de l’information, aidant celle-ci à déployer et à orienter sa force de manière intelligente.

La révolution de l’information a été des plus efficaces lorsqu’elle a appliqué les concepts de sélectivité et de simplicité dans le développement des logiciels (ex : se concentrer sur les 20% de fonctionnalités auxquels font appel 80% des utilisateurs).

Le principe de  80 / 20 appliqué à la prise et analyse de décision :

Le commerce requiert des décisions fréquentes et rapides, et ce, souvent sans qu’on sache si elles sont bonnes ou mauvaises. Depuis 1950, l’entreprise a de plus en plus été aidée (ou entravée) par des spécialistes en science de la gestion et par des analystes qui peuvent faire jouer à l’analyse un rôle dans presque n’importe quelle décision.

Le principe 80/20 est analytique, mais il place l’analyse là où il se doit. Voici 5 règles d’or dans le cas de la prise de décision :

  • Les décisions les plus importantes sont souvent celles qui se prennent d’elles-même, parce que les points tournants n’ont pas été reconnus.
  • Concernant les décisions d’importances, rassemblez 20% des données pertinentes vous permettant de matérialiser 80% de votre réflexion puis prenez une décision et passez décisivement à l’action comme si vous étiez sûr à 100% de prendre la bonne décision.
  • Il y a peu de décision qui soient très importantes : ne vous rongez pas les sangs pour les décisions insignifiantes et ne vous livrez surtout pas à des analyses coûteuses en temps et en argent. Si possible, déléguez-les tous.
  • Si le plan d’action que vous avez arrêté est inefficace, changez-en le plus tôt possible : ne craignez pas d’expérimenter et ne vous accrochez pas à des solutions perdantes.
  • Lorsque quelque chose marche bien, doublez et triplez votre mise : vous ignorez peut-être les raisons qui font que cela fonctionne bien mais allez-y tout de même à fond de train tandis que les forces de l’univers jouent en votre faveur.

Le principe de 80 / 20 appliqué à la gestion des stocks :

La gestion des stockes est une autre fonction clé qui doit obéir au principe 80/20. Une bonne gestion, fondée sur le principe, est essentielle à la rentabilité, en plus de permettre de vérifier si l’entreprise est sur la voie de la simplicité ou sur celle de la complexité.

Presque toutes les entreprises ont des stocks trop importants, parce qu’elles vendent de trop nombreux produits et de trop nombreuses variantes de chacun. Les stocks se mesurent en unités de gestions de stocks (UGS) où une unité correspond à chaque variante.

Les stockes obéissent presque invariablement à une quelconque règle de répartition de type 80/20 : environ 80% des stocks sont constitués d’articles qui représentent 20% du volume des ventes ou des revenus.

Cela signifie que les stocks à rotation lente coûtent très cher à maintenir et qu’ils se composent probablement d’articles non rentables.

Même si une bonne gestion des stocks est capitable, elle se résume à trois règles clés :

  • Réduisez radicalement les produits non rentables.
  • Réduisez le nombre de variantes, en commençant par les articles à rotation lente.
  • Essayez d’exporter le problème et le coût de la gestion des stocks vers d’autres maillons de la chaîne de valeur – vers vos fournisseurs ou vos clients.

Le principe de 80 / 20 appliqué à la gestion de projet :

L’art du gestionnaire de projet consiste à concentrer l’effort de tous les membres de l’équipe sur les quelques éléments qui sont essentiels.

  • Simplifier l’objectif : d’abord, simplifier la tâche. Un projet n’est pas vraiment un projet unique, mais presque invariablement un ensemble de projets. Le projet peut avoir un thème central et une série de thèmes satellites. Or 80% de la valeur de tout projet sera le résultat de 20% des activités. Les 80% d’activités qui restent sont rendues nécessaires par une complexité inutile. Par conséquent, ne vous lancez pas dans un projet avant de l’avoir réduit à un objectif simple. Larguez l’inutile.
  • Imposer un échéancier impossible : en fixant un échéancier impossible à respecter, vous assurerez que l’équipe n’exécutera que les tâches qui sont véritablement utiles. Placés devant un échéancier impossible, les membres de l’équipe repéreront et mettront en œuvre les 20% d’obligations qui rapporteront 80% des avantages recherchés.
  • Planifier avant d’agir : plus le temps alloué à un projet est court, plus il faut consacrer à le planifier et à le considérer dans tous ses détails. Les projets les mieux gérés sont ceux pour lesquels le rapport entre le temps de planification et le temps d’exécution est le plus élevé.

Le principe de 80 / 20 appliqué à la négociation :

Le principe du 80/20 apporte 2 règles fondamentales sur les principes de négociation.

  • Très peu d’éléments de négociation comptent vraiment : il semble que 20% des points les plus litigieux représentent plus de 80% de la valeur du « territoire » contesté. Les gens aiment marques des points, fussent-ils sans importance. De même, ils réagissent positivement aux concessions, même les plus insignifiantes. Dressez une longue liste d’exigences et de points fallacieux, et faites-les paraître aussi importants que possible pour vous. Ces exigences, toutefois doivent être fondamentalement déraisonnables ou du moins il doit être impossible qu’elles fassent l’objet de concessions de la part de l’autre partie. Durant les dernières étapes de la négociation, vous pouvez céder sur des points insignifiants pour vous en échange d’une part plus grande de points vraiment importants que celle qui serait équitable.
  • N’agissez pas trop vite : il a souvent été observé que la plupart des négociations traversent une phase de « guerre simulée » et ne commencent vraiment pour de bon qu’à l’approche de l’échéance. Il semble que le temps exerce sur une négociation une pression incroyable : 80% des concessions sont accordées durant les derniers 20% du temps alloué. Si les exigences sont présentées trop tôt, aucune des parties ne sera disposée à céder et toute la négociation risque de s’effondrer. Mais si des exigences ou problèmes supplémentaires surgissent dans les 20% du temps alloué à la négociation, les deux parties se montreront plus souples. Moralité : les impatients font de mauvais négociateurs.
Publié par Fabrice Le 29/01/12 à 21:21

3 commentaires concernant cet article :

  1. François dit :

    Votre article tombe a pic, j’était en train d’expliquer à un ami que je n’utilisait surement même pas 5% des capacités offertes par mon système d’exploitation, ce qu’il avait du mal à croire, et je fait clairement parti de ces 80% de gens qui n’utilisent pas un système bien trop puissant pour monsieur tout le monde.
    François a Récemment publié : Pour trouver un logement à Londres venez sur sur le site web d’EstateStudent.com

  2. François dit :

    La loi de Pareto a fait ses preuves dans tous les domaines. La mettre en œuvre est difficile car elle demande d’avoir un esprit d’analyse pour aller à l’essentiel. Tout le monde n’a pas la capacité à faire cette exercice et parfois il est nécessaire de passer par une aide extérieure. Commencez par appliquer cette loi sur vos vêtements et vous verrez que ce n’est pas évident de se débarrasser de 80% de ses habits.
    François a Récemment publié : CoachGuitar est un utilitaire pour iPod Touch qui vous permet d’apprendre à jouer des chansons à la guitare séche.

  3. 
    Tout d’abord merci pour votre note, à la fois limpides et intéressantes. Sans critiquer, quelques détails auraient mérité davantage d’explications, par exemple dans la fin du billet. J’aimerais connaître un peu plus sur le système du « Guerre assimilée », peut-être tout le monde n’éprouve que le plaisir de vendre tout court. Simplement un moyen de dire que je suis impatient de découvrir le prochain billet
    vetement femme pas cher a Récemment publié : Résultat BTS

Posez-nous une question ou laissez un commentaire :


Afficher un lien vers mon dernier article (CommentLuv)
Notifiez-moi des commentaires à venir via email

  • RSS
  • Delicious
  • Twitter
  • Facebook
  • Linkedin
  • Google+
  • Slideshare
safe_image.php

La Process Communica

La Process Communication est un outil précieux de communication et ...

Balance-and-Tranquility

Le principe 80 / 20

Le principe de 80 / 20 est intéressant car il ...

Clapper Board

GTD en pratique : 4,

Après notre dernière chronique sur la méthode GTD, nous avions ...

agenda

Getting Things Done

Traduit en français en 2008, le best-seller de David Allen ...

tea-stain-doodle0004

La pensée visuelle

Toujours dans le registre de la pensée visuelle et avant ...