BackOfTheNapkin  99778 zoom 296x300Comment communiquer des idées à priori complexes en toute simplicité ?airport napkin 500 294x300

Comment faire en sorte de rassembler rapidement notre entourage autour d’un problème et que celui-ci puisse le comprendre plus intuitivement ?

A travers son livre, Dan Roam nous propose une série de techniques basées sur la pensée visuelle : dessiner pour résoudre des problèmes et les mettre en toute simplicité à la portée de notre auditoire !

Selon lui, le processus de la pensée visuelle est décomposé en 4 étapes itératives : regarder, voir, imaginer et montrer.

  • Regarder : recueillir les informations visuelles à l’état brut
  • Voir : sélectionner les données visuelles et identifier les schémas et problèmes
  • Imaginer : aller au delà des informations perçues et découvrir de nouveaux schémas logiques
  • Montrer : coucher nos idées sur papier et les présenter au public

Présentation2

Les grandes idées que vous pourrez retrouver :



Résumé et chronique du livre :

Regarder : recueillir les informations visuelles à l’état brut

Diapositive11 300x225Notre capacité à bien dessiner découle en grande partie de notre capacité à bien voir, qui elle-même dépend directement de notre capacité à bien regarder.

Bien regarder, c’est ainsi être capable de recueillir les différents éléments au niveau visuel et d’effectuer un premier tri grossier qui sera complété par la suite lorsque nous analyserons les informations.

Afin donc de faciliter le recueil d’informations visuelles, l’auteur propose 4 règles d’or :

  • Règle n°1 : recueillir un maximum d’éléments visuels
  • Règle n°2 : étaler les informations, faire en sorte de pouvoir visualiser tous les éléments
  • Règle n°3 : positionner et classer les informations selon un système de coordonnées adapté
  • Règle n°4 : effectuer un premier triage visuel en supprimant le surplus d’informations

Cette première étape du processus visuel permet donc de rassembler les données et d’évaluer grossièrement la situation avant une analyse plus poussée.

Voir : sélectionner les données visuelles et identifier les schémas et problèmes

Diapositive2 300x225Tandis que regarder, c’est recueillir les informations visuelles à l’état brut, voir, c’est sélectionner ce qui est important.

Voir est ainsi l’autre face du traitement des données visuelles : à ce stade, nos yeux deviennent actifs plus consciemment.

Regarder consistait à étudier la scène et recueillir  les premières informations visuelles, tandis que voir nous permet de sélectionner parmi ces informations celles qui méritent d’être davantage détaillées.

Cette étape se fonde sur la reconnaissance de schémas, parfois consciemment, parfois non.

Selon l’auteur, nous percevons instinctivement les schémas et problèmes logiques de 6 façons différentes (QCOQCP) :

  • Qui / Quoi : nous voyons des personnes et des objets aux caractéristiques reconnues
  • Combien : nous voyons des quantités
  • Où : nous voyons des positions dans l’espace
  • Quand : nous voyons les objets évoluer dans le temps
  • Comment : nous voyons l’influence, la cause et l’effet
  • Pourquoi : nous voyons tout converger et apprenons quelque chose

Afin de sélectionner les informations importantes et identifier les schémas et problèmes associés, nous devons donc essayer balayer l’ensemble de ces 6 questions.

Cela nous permet ainsi de structurer notre pensée et comme nous le verrons par la suite de mieux montrer les éléments à notre public sous le prisme de cette catégorisation.

Imaginer : aller au delà des informations perçues

Diapositive3 300x225Imaginer, c’est laisser « l’oeil de notre esprit » prendre le contrôle pour visualiser des objets physiquement invisibles.

Cela signifie prendre les coordonnées, schémas, et composants que nous voyons concrètement dans le monde et les transposer en dessins abstraits que nous manipulerons mentalement.

Imaginer est un moyen extraordinairement puissant pour faire émerger des idées et des solutions. Quelques techniques, comme les jeux de mémoire visuelle, le mind mapping, les analogies et métaphores visuelles peuvent être avantageusement appliquées au processus de pensée visuelle.

Dan Roam propose en complément un nouvel outil, le SQVID, qui nous aide à accomplir simultanément deux tâches essentielles de l’activité « imaginer » : activer chaque recoin de notre imagination pour créer une image entièrement mentale et nous permettre de voir cette image à travers les yeux de notre public éventuel.

Le SQVID est une série de 5 questions auxquelles nous soumettons notre idée de départ pour la clarifier visuellement et affiner la mise au point, en fonction de ce qui est important pour nous et notre public.

Il suffit donc de parcourir ces 5 questions afin de nous aider à conceptualiser et envisager la façon dont nous allons représenter nos idées :

  • Simplicité par opposition à ÉlaboréSQVID 300x175
  • Qualité par opposition à Quantité
  • Vision par opposition à Réalisation
  • Individualités par opposition à Comparaison
  • Changement par opposition à Statut Quo

La partie supérieure est appelée la partie chaude (Simplicité, Qualité, Vision, Individualités & Changement) : celle-ci intègre des qualités qui sont difficiles à mesurer et qui ont un fort aspect émotionnel.

La partie inférieure, quant à elle, est appelée la partie froide (Élaboré, Quantité, Réalisation, Comparaison & Statut Quo) : elle intègre des qualités numériques et analytiques, davantage rationnelles et moins d’ordre émotionnel.

Autrement dit, en nous forçant à regarder notre idée d’après chaque aspect du SQVID, nous activons à la fois l’hémisphère gauche (« analytique ») et l’hémisphère droit (« créatif ») de notre cerveau.

Montrer : coucher nos idées sur papier et les présenter au public

4 Montrer 300x225

Montrer se situe au point de jonction des étapes précédentes.

Nous avons regardé, vu et imaginé. Nous avons trouvé des schémas, leur avons donné un sens et les avons visuellement manipulés afin de donner naissance à un dessin inédit.

Montrer, c’est partager ce dessin avec autrui, à la fois en l’informant et en le convainquant.

Comment bien montrer donc ? En utilisant les mêmes outils que pour voir ! En effet, si notre système visuel voit les objets selon des voies spécifiques, il est utile d’exploiter ces mêmes voies quand on crée des dessins destinés à être vus par d’autres.

Autrement dit, si nous voyons de 6 façons, il est logique également de montrer de 6 façons : c’est là la règle des <6><6> !

Pour chacune des questions que nous nous posons lorsque nous traitons une information visuelle, il existe une représentation permettant d’y apporter une réponse :

  • Qui / Quoi : nous dessinons des portraits pour représenter les objets et leurs caractéristiques
  • Combien : nous dessinons des diagrammes pour représenter les quantités relatives des objets
  • Où : nous dessinons des cartes pour positionner les objets dans l’espace
  • Quand : nous dessinons des chronologies pour représenter les positions dans le temps
  • Comment : nous dessinons des logigrammes pour représenter les différentes influences
  • Pourquoi : nous dessinons des graphiques à plusieurs variables pour représenter les interactions impliquant au moins deux des paramètres précédents.

Critique du livre :

Un livre qui paraît à priori simpliste avec ses dessins et ses croquis…

La première lecture ne m’avait en effet pas laissé une impression forte, avec l’idée troublante que beaucoup de choses dites étaient assez banales et ne constituaient pas en soi des révélations sur le sujet.

Après relecture, je considère les idées comme étant toujours aussi simples. Mais c’est peut-être leur simplicité qui fait l’intérêt et la popularité de ce livre (meilleures ventes de livres de business sur Amazon en 2008). On en vient à comprendre plus largement le processus visuel tel que décrit et à comprendre la pertinence des différents outils tel que le <6><6> et le SQVID.

Des outils pratiques, utilisables, qui se combinent très bien l’un avec l’autre pour favoriser l’émergence d’idées et leur explication face à un public.

Si ce livre met en avant une méthodologie et des outils pratiques, son intérêt réside avant tout dans le fait qu’il arrive à nous sensibiliser, nous autres lecteurs, sur la facilité et la pertinence à résoudre des problèmes par le biais de dessins et représentations visuelles.

Ainsi, quel plaisir lorsque nous voyons notre public se prendre au jeu et prendre le stylo à son tour pour continuer l’exercice !

En dernier lieu, le lecteur pourra découvrir une étude de cas complète (7 chapitres), tirant parti de chacun des outils afin d’effectuer  l’analyse business d’une société fictive de développement logiciel.

Si vous souhaitez aller plus loin dans la lecture de ce livre, vous pourrez le trouver sur Amazon dans sa version originale (The Back of the Napkin) ou en français (Convaincre en Deux Coup de Crayon).

Et en bonus :

Présentation de la pensée visuelle par Dan Roam :

Une description de la pensée visuelle par Dan Roam.

The Back of the Napkin training conference :

Le support d’une conférence sur la pensée visuelle, présentée par Dan Roam.



Une présentation du livre par simpleslide.com :

Une autre présentation du livre effectuée par simpleslide.com, un blog de référence proposant des présentations sur différents sujets. Nous vous invitons à y faire un tour !



Publié par Fabrice Le 14/07/11 à 19:19

1 commentaire concernant cet article :

  1. Une nouvelle gestion des commentaires vient d’être mise en place : profitez-en pour réagir !
    Shake Your Mind a Récemment publié : The Back of the Napkin : convaincre en deux coups de crayon

Posez-nous une question ou laissez un commentaire :


Afficher un lien vers mon dernier article (CommentLuv)
Notifiez-moi des commentaires à venir via email

  • RSS
  • Delicious
  • Twitter
  • Facebook
  • Linkedin
  • Google+
  • Slideshare
safe_image.php

La Process Communica

La Process Communication est un outil précieux de communication et ...

Balance-and-Tranquility

Le principe 80 / 20

Le principe de 80 / 20 est intéressant car il ...

Clapper Board

GTD en pratique : 4,

Après notre dernière chronique sur la méthode GTD, nous avions ...

agenda

Getting Things Done

Traduit en français en 2008, le best-seller de David Allen ...

tea-stain-doodle0004

La pensée visuelle

Toujours dans le registre de la pensée visuelle et avant ...