Une référence dans le domaine de la communication, qui nous invite à revoir nos présentations pour les rendre plus simples, claires et percutantes…

Inspiré du blog du même nom, vous trouverez donc au sein de ce livre un certain nombre d’idées visant à améliorer notre créativité ainsi que notre démarche dans la phase de préparation, la composition des supports, et la prestation en public.

Les grandes idées que vous pourrez retrouver :



A propos de l’auteur :

Designer de présentations et expert en communication de renommée internationale, Garr Reynolds est l’auteur du site web le plus fréquenté sur le sujet du design de présentations, Presentation Zen.

Il occupe actuellement le poste de professeur assistant en Management à l’université Kansai Gaidai au Japon. Amateur et pratiquant d’arts zen depuis de longues années, il vit au Japon où il est également directeur de Design Matters Japan.

Résumé et chronique du livre :

Les points suivants sont en grande partie extraits du livre.

L’approche Zen ou comment en finir avec les présentations actuelles :

La première étape pour créer et concevoir d’excellentes présentations est de prendre conscience de l’écart existant entre les présentations professionnelles courantes et la manière dont les gens communiquent et apprennent de nos jours.

Le contraste est saisissant : les supports actuels sont souvent remplis de listes à puces surchargées, avec des messages majoritairement noyés dans le flot d’information fourni.

A la lecture de ces supports, nous n’arrivons souvent pas à en retenir les informations essentielles.

De même, lors des présentations, le message oral est très souvent alourdi voir pollué par le contenu écrit.

Pour effectuer une présentation claire, il convient donc de garder en tête les principes forts de modération, simplicité et naturel.

S’écarter de la technique et se concentrer sur les messages essentiels :

Les logiciels de PAO (Présentation Assistée par Ordinateur) permettent aujourd’hui de nombreuses possibilités. Malheureusement, avec cette surabondance d’effets visuels, beaucoup de personnes ont perdu de vue l’essentiel pour se concentrer sur les techniques proposées.

Il en résulte souvent des présentations sans impact, standards, incluant une succession de titres généraux, illustrations ou listes à puces hiérarchisées, le tout dans un format ultra-classique.

Comme le dit le lettré zen Daisetz Suzuki : « le principe premier de l’art de l’épée est de ne pas compter sur la technique. La plupart des pratiquants donnent trop d’importance à la technique, parfois négligeant le reste… »

Voyez la préparation d’une présentation comme cet art subtil qu’est celui de l’épée : exploitez les différentes techniques de PAO mais n’y accordez pas trop d’importance, cela risquerait d’aller au détriment de la qualité des messages évoqués.

Faire appel aux différentes facultés du cerveau au sein de son auditoire :

Aujourd’hui à l’ère conceptuelle, il importe plus qu’autrefois de savoir bien présenter en public.
Bien présenter fait appel aux différentes facultés du cerveau : les bons présentateurs ciblent le cerveau gauche et le cerveau droit de leur auditoire.

Dans L’homme aux deux cerveaux, Daniel Pink décrit les six aptitudes caractéristiques du cerveau droit qui sont aujourd’hui tout autant appréciées, voir plus pour réussir dans un univers professionnel où les tâches sont de plus en plus automatisées et sous-traitées :

  • Le design : le design n’est pas seulement la couche esthétique mais également la façon d’agencer et de délivrer les informations et messages clés au sein de la présentation.
  • L’histoire : fournir des histoires captivantes et mémorables permet de clarifier les propos. Ces histoires viennent ainsi renforcer les arguments donnés au fil de la présentation, les imprégnant dans les pensées de l’auditoire.
  • La symphonie : la symphonie réside dans la capacité à synthétiser et à effectuer des liens entre des éléments disparates afin d’avoir une vue d’ensemble.
  • L’empathie : l’empathie permet à l’orateur de s’apercevoir quand le public suit et comprend, mais également quand il décroche. Il peut ainsi adapter son discours en fonction de la situation.
  • Le jeu : associer un aspect ludique permet de donner de la saveur à la présentation et de réveiller ainsi l’intérêt du public. Celui-ci rentre alors dans un mode interactif et devient plus attentif.
  • Le sens : croire à la valeur de ses messages permet d’en augmenter la portée et d’y donner un sens véritable auquel le public sera sensible.

935 pink think1 300x225

Présentation de Garr Reynolds : l’homme aux deux cerveaux de Daniel Pink

Travailler sous contraintes pour libérer votre créativité :

Les contraintes que l’on s’impose (temps, espace, budget,..) nous mènent souvent à des solutions inventives.

Exploiter sa créativité et ses compétences pour résoudre un problème ou concevoir un message en tenant compte des multiples contraintes du client et du patron n’a rien de neuf pour les designers.

Ce que nous pouvons en retenir, c’est que les contraintes et restrictions sont un allié de poids, et non pas un ennemi, et que s’imposer des limites et des paramètres est fondamental pour tout bon travail créatif.

Les contraintes que l’on s’impose peuvent ainsi nous aider à formuler des messages visuels plus clairs.

« Faîtes seulement ce qui est nécessaire pour véhiculer l’essentiel. Éliminer avec soin les éléments qui distraient l’attention, qui gênent…Fouillis, accumulation et érudition embrouillent la perception et entravent la compréhension, tandis que la simplicité favorise une attention claire et directe. » Richard Powell.

Ainsi, notre vie est pleine de contraintes de toutes sortes mais elles ne sont pas forcément négatives. Elles sont même utiles et stimulantes quand elles nous obligent à résoudre un problème de façon innovante.

Un premier jet sur papier afin de se concentrer sur les idées essentiels :

Il est capital au stade initial de la préparation d’une présentation de s’éloigner de l’ordinateur. C’est en effet une grave erreur de passer tout son temps de réflexion et de préparation devant un écran.

Avant de composer votre présentation, vous devez avoir une vue d’ensemble du sujet afin d’en dégager les messages principaux.

Parce qu’il n’y a rien de plus spontané, prenez donc un crayon et une feuille de papier et commencez à griffonner vos idées au fur et à mesure de leur apparition.

Si vous le souhaitez, n’hésitez pas à utiliser un grand tableau blanc ou une série de post-it pour mettre en avant les points essentiels de votre présentation. Ces supports permettent souvent à d’autres personnes également de brainstormer et de participer à la préparation de la présentation.

Il est important de consacrer du temps à cette première étape afin de prendre du recul et gagner en vue d’ensemble.

C’est aussi l’occasion de se poser les questions essentielles concernant votre présentation :

  • De combien de temps disposez-vous ?
  • Comment est disposé l’auditoire lors de la présentation ?
  • A quel moment de la journée allez-vous présenter ?
  • Quel est votre public ?
  • Quelles sont ses connaissances ?
  • Qu’attend-il de votre prestation ?
  • Pourquoi devez-vous faire l’exposé ?
  • Quelles réactions attendez-vous du public ?
  • Quel est le but essentiel de votre intervention ?
  • De quoi parle votre histoire ?
  • Et surtout… quel est le message à faire passer ?

Autrement dit, si le public ne doit retenir qu’une seule chose, que voulez-vous qu’il retienne ?

Pour l’ensemble de ces questions, mettez-vous à la place de votre public, soyez critique, et essayez de comprendre la façon dont celui-ci réagira à l’évocation des différents points de votre présentation.

Construire une histoire afin de délivrer votre message principal :

Loin des pressions, vous avez réfléchi et trouvé l’inspiration. Vous avez pris du recul pour avoir une vue d’ensemble et avez identifié le message central. Vous avez désormais une vision plus nette du contenu de l’exposé et de son sujet principal, même si vous n’avez pas encore défini tous les détails.

L’étape suivante consiste à établir la structure de l’exposé, à savoir comment les idées vont s’enchaîner, la façon dont l’histoire va être racontée.

Afin de rendre vos idées accrocheuses, conservez les choses de manières simples, utilisez des exemples et des anecdotes et recherchez l’inattendu afin de faire réagir votre public : tous ces éléments contribueront à créer un lien entre vous et celui-ci et vous permettront de répondre à votre seul et unique objectif : délivrer avec brio votre message principal.

[NDLR : dans ce chapitre, l’auteur fait un focus sur la question suivante : pourquoi certains messages accrochent ? Garr Reynolds y présente une analyse très largement inspirée de « Ces idées qui collent » de Chip Heath et Dan Heath, expliquant que les idées qui obtiennent une large adhésion partagent souvent les 6 caractéristiques communes suivantes : simplicité, surprise, concret, crédibilité, émotion et histoire.]

La simplicité dans vos messages, pourquoi ça compte :

Selon Garr Reynolds, il y a un malentendu fondamental au sujet de la simplicité et de ce que signifie être simple aujourd’hui. Simple est souvent confondu avec simpliste. Pour certains, « simple » implique forcément une simplification excessive d’un sujet, opération qui néglige et dissimule les difficultés et produit de purs mensonges.

Or la simplicité n’est pas le fruit de la paresse, elle provient d’un désir intelligent de clarté. Simplifier son message permet ainsi de l’amplifier et d’en augmenter la portée.

Donc coupez sans merci !

Même si elle rallonge votre durée de préparation, cette étape vous fera sûrement à l’inverse gagner un temps précieux lors de votre présentation et vous permettra de porter un discours plus clair et percutant.

Quelques principes de design pour bien composer ses diapositives :

Le design n’est ni un ornement ni une décoration. Contrairement aux idées reçus, celui-ci ne doit pas intervenir à la fin, mais au tout début de la phase de préparation afin de permettre une organisation claire des informations au sein de votre présentation.

Le design vise donc à rendre la communication la plus facile et la plus claire possible pour le public.

C’est également un moyen de persuasion, qui permet d’accentuer ou d’amoindrir la portée de certains messages, suivant le type de réactions souhaitées.

Voici 7 principes généraux de design qui, selon l’auteur, sont fondamentaux pour réussir ses compositions :

  • Rapport signal / bruit : le rapport signal / bruit exprime le rapport entre les éléments pertinents et superflus dans une diapositive. Le but est d’obtenir le rapport signal / bruit le plus élevé et d’éliminer tous les parasites : évitez les ornements à outrance, dégagez de l’espace, évitez les effets 3D, supprimer les logos omniprésents si possible…
  • Supériorité de l’image sur les listes à puces : les images sont mieux mémorisées que les mots, surtout quand le public est exposé à l’information de façon fortuite et brève. Demandez-vous toujours comment utiliser un visuel fort, y compris une représentation quantitative, pour enrichir la narration.
  • Le rôle majeur de l’espace vide  : apprenez à percevoir et à manipuler les espaces vides pour ordonner la composition avec plus de clarté et une touche personnelle. Cela vous permettra d’aérer votre composition et de renforcer la portée des messages visuels.
  • Principe de contraste : contraste signifie différence. Et notre cerveau fonctionnant encore comme à l’origine, en alerte à l’affût des prédateurs dans la savane, nous sommes programmés pour noter les différences. Sans en avoir conscience, nous cherchons constamment des différences et similarités autour de nous. Le contraste est l’un des concepts de composition qui recèle le plus de potentiel parce que n’importe quel élément peut se contraster à un autre : manipulation de l’espace (proche et loin, vide et plein), choix des couleurs (sombre et clair, chaud et froid), mise en forme du texte (police avec ou sans serif, gras et normal), position des éléments (haut et bas, isolé ou groupés,),…
  • Principe de répétition : le principe de répétition dicte le réemploi d’éléments similaires dans toute la composition. La répétition de certains éléments dans une diapo ou dans toute la série donne une impression nette d’unité et de cohérence.
  • Principe d’alignement : le principe d’alignement veut que rien dans la composition d’une diapo ne doive avoir l’air posé par hasard. Chaque élément est connecté à un autre via une ligne invisible. Les grilles sont très utiles pour parfaire l’alignement et donner ainsi à vos diapos une allure propre et nette, de qualité professionnelle.
  • Principe de proximité : le principe de proximité définit comment rapprocher ou éloigner les éléments pour obtenir un aspect plus ordonné. D’après ce principe, les éléments apparentés doivent être groupés de sorte qu’ils apparaissent comme un ensemble au lieu d’éléments indépendants. Le public perçoit qu’il n’y a pas de lien étroit entre les éléments éloignés les uns des autres et tend à voir une unité entre les éléments similaires qui sont proches les uns des autres.

Critique du livre :

Un livre très instructif et très agréable à lire, qui véhicule une idée essentielle au fil des chapitres : comment simplifier, épurer ses présentations afin d’obtenir des messages plus naturels et percutants.

Si l’ensemble des conseils sont de très bon ton, on en viendra cependant à regretter un manque de pratique et un aspect légèrement extrémiste dans la façon de voir les présentations. En effet, le phénomène du « diapo-document » reste solidement ancré en entreprise, il reste donc très difficile de faire accepter des présentations essentiellement visuelles, contenant peu d’information, et faisant uniquement figure de support à une présentation orale.

Dans ce sens, il aurait peut-être été intéressant de trouver un compromis entre support de présentation orale et support-document afin de rendre ces précieux conseils plus facilement applicables.

Peut-être est-ce au lecteur lui-même de trouver cet équilibre…

Et vous ? Avez-vous lu ce livre ? Qu’en pensez-vous ? Pour les autres, si vous souhaitez aller plus loin, je vous invite à le commander sur Amazon dans sa version originale ou en français !

 

1. L’approche Zen ou comment en finir avec les présentations actuelles :
Publié par Fabrice Le 02/05/11 à 21:21

Posez-nous une question ou laissez un commentaire :


Afficher un lien vers mon dernier article (CommentLuv)
Notifiez-moi des commentaires à venir via email

  • RSS
  • Delicious
  • Twitter
  • Facebook
  • Linkedin
  • Google+
  • Slideshare
safe_image.php

La Process Communica

La Process Communication est un outil précieux de communication et ...

Balance-and-Tranquility

Le principe 80 / 20

Le principe de 80 / 20 est intéressant car il ...

Clapper Board

GTD en pratique : 4,

Après notre dernière chronique sur la méthode GTD, nous avions ...

agenda

Getting Things Done

Traduit en français en 2008, le best-seller de David Allen ...

tea-stain-doodle0004

La pensée visuelle

Toujours dans le registre de la pensée visuelle et avant ...